"parce que les critiques sont nécessaires pour améliorer le monde et que l'optimisme permet d'y croire"............................http://cryzalid.blogspot.com

17 juillet 2006

L'affaire Marco Materazzi

Un article plus léger, disons "spécial été", pour reposer vos cervelles éprouvées par des temps caniculaires.
Mais un sujet plus philosophique qu'il n'y parait de prime abord...l'affaire dite du "coup de boule de Zidane" qui a tant fait causer partout sur la planète et qui a inspiré son lot de chansons débiles et de commentaires à deux balles. Mais qu'est ce qui a pris à Zidane de réagir aux provocations de Marco Materazzi, le boucher du Calcio, et de ruiner la fin de sa carrière ainsi ?

Je me suis longtemps posé cette question sans pouvoir y répondre, et ce ne sont pas les déclarations sentencieuses et bien-pensantes des politiques et des "people" médiatiques qui m'ont aidé à y répondre. Non, il y a décidemment quelque chose qui me plaisait dans ce geste aussi vilain soit-il, quelque chose qui me faisait apprécier notre cher Zizou (inter)national encore et davantage. Quoi ? La défense de l'honneur, de la mère ou de la soeur insultées ? Certainement pas, même si l'attachement à la mère et à sa sacralité est un trait très attachant de nos cultures maghrébines. Que valent les provocations de Materazzi pour justifier une réaction si excessive ? N'était-il pas mieux de l'humilier en lui infligeant une belle défaite sportive en finale de coupe du monde ? Très probablement...

Non, ce qui m'a plus dans ce geste, c'est sa spontanéité et son incongruité : dans une finale de la coupe du monde de football, un événement planétaire sur-préparé et sur-médiatisé, où tout est anticipé, cadré et millimétré, où les multiples contrats de sponsoring et de couverture médiatique dictent chaque seconde du comportement de chaque joueur, entraîneur et arbitre, notre grand Zidane, celui qui invente des gestes techniques qui n'existent pas, celui qui crée des phases de jeu que ses adversaires n'imaginaient pas, celui qui ose frapper un penalty tout en finesse et sans puissance en finale de coupe du monde face au redouté Buffon, ce grand Zidane, libre et intégre, décide, en son âme et conscience, que pour lui et pour lui seul, à ce moment précis, trop c'est trop, ces mots sont intolérables et lui font mal, et que s'il ne réagit pas, sa finale sera gâchée et sa conscience troublée. Tant pis pour les 2,5 milliards de téléspectateurs, tant pis pour Blatter, tant pis pour la FIFA et Platini, tant pis pour sa fin de carrière...

Zidane n'est pas, sur un terrain de foot, ce qu'on attend de lui, Zidane est libre et intégre. Il jongle, il virevolte et nous fait rêver parce que c'est lui. Et s'il a décidé sur ce coup là que Marco a dépassé les bornes, tant pis pour son plexus, Zidane réagit et dévoile au monde sa sensibilité et son humanité qui font de lui un génie du foot et le meilleur joueur de cette coupe du monde !


http://cryzalid.blogspot.com/2006/08/laffaire-marco-materazzi.html
---------------------------------------------------------------------------------------

http://cryzalid.blogspot.com, c'est plus facile à lire que Le Monde, et c'est moins cher
Pour revenir à la page principale, cliquez ici.
Pour m'envoyer un mail, cliquez là

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

 
Référencement Blog Flux Directory Référencé par Blogtrafic